octobre 09, 2011

Oufti, qué temps de chiotte !

virton,transgaumaise,préparation,Ce week-end, je me suis rappelé pourquoi on allait pas se balader quand il fait infect. Tout absorbé dans ma préparation, tout impatient d'aller voir si j'avais les moyens de mes ambitions, j'ai été jusqu'à négliger le facteur météo. Dès l'aube du samedi donc (vers 9h30... on ne se refait pas), je commence à me dire qu'il serait temps que je me mette en route vers les vertes contrées du sud de la Belgique. Direction Izel donc, avec un petit crochet par Torgny pour déposer mon vélo (histoire de pouvoir revenir à ma voiture une fois les deux étapes accomplies). En ce samedi 8 octobre, il pleut comme vache qui pisse sur les collines gaumaises, mais qu'à cela ne tienne. J'ai dit que j'irais me balader, j'irai me balader. Pour toi... public !

Aux 18kg "de base", j'avais bien évidemment rajouté la boustifaille nécessaire, soit 1kg de banane, 1,5kg de pommes, 1 pain de 600g, 250g de pâtes, 200g de parmesan, 200g de chocolat et deux litres de flotte... tiens, mon sac est passé à 23,6kg. Résultat : après 4,5h de marche, dont une bonne partie sous la pluie, je commence à accuser le coup. Après 5h, je me perds, et après 6h, je suis complètement HS. Il est grand temps de planter la tente (sous un petit crachin que la futaîe protectrice transforme en grosses gouttes éparses... que du bonheur). Incapable de maîtriser la fermeture éclair de mon sac de couchage, j'entame "le monde de Sophie", puis passe une nuit froide et agitée. Note pour plus tard : Il y a 2 tirettes, il faut les mettres toutes les deux en bas.

virton,transgaumaise,préparation,

Waaah, la belle photo !

Le lendemain matin, je me lève sous un petit crachin que la futaîe blablabla... Petit déjeûner rapide et repli de la tente trempée et pleine de terre. Je décide que, n'étant définitivement pas candidat au martyr, il est temps de rebrousser chemin. De toutes façons, je suis toujours perdu,... le temps de me retrouver sur le bon chemin, ça promettrait une étape de 7h de marche + 30km de vélo à pleine charge, le tout sous la pluie... Euuh, non merci, sans façons. Une bonne heure de marche à travers bois pour retrouver Meix-Devant-Virton donc, puis 3 minutes et 12 secondes d'auto-stop... le gaumais est accueillant et sympathique, il fait un détour et me dépose à 1,8m de ma voiture. Ca... c'est fait.

La magie de ce ciel plombé qui m'a accompagné tout le week-end, c'est également cette lumière terne, ces couleurs fades et ces nuages informes qui font le bonheur du photographe dépressif que je ne suis pas. Résultat : 2 photos (mais quelles oeuvres...). Vivement les lumières vives et les couleurs éclatantes des pays du sud !

Les leçons du week-end :

- La marche avec 23,5kg sur le dos : ça va.
- Le plastique, c'est fantastique ! Mon sac est pas étanche.
- Attaquer par 6h de marche avec 2x10 minutes de pause, c'est pas une bonne idée.
- Mes godasses sont des Rolls tout terrain, mais J'ai des pieds de bébé citadin --> quelques petites cloches sous les orteils.
- Ma tente ne perce pas.
- La tirette de mon sac de couchage marche parfaitement ET je suis un peu tebé quand je suis fatigué.
- Aller randonner par un temps pareil, c'est vraiment très con.

Commentaires

octobre 10, 2011


Ca donne envie dis donc... La prochaine fois, on vient avec !!!! ;)

Stany
octobre 28, 2011


:)

Barbara
octobre 14, 2011


j'adore "le monde de sophie"

Stany
octobre 28, 2011


Voici un commentaire de l'auteur

Les commentaires sont fermés.